Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2016

Emanation et Création selon la doctrine de Martines de Pasqually, par Rémi Boyer

 « Pour Martines de Pasqually, Dieu est immensité divine, un « lieu-état », le lieu même de Dieu, inaccessible si ce n’est à Dieu lui-même. Cependant si Dieu est immensité divine, il a aussi une immensité divine. Cette immensité est constituée des êtres émanés par Dieu. Cette émanation de purs esprits est action divine, acte d’amour très exactement. L’émanation caractérise la non-dualité observable tandis que la création caractérise la dualité, observable par définition. Les êtres émanés sont éternels en Dieu au sein duquel ils étaient présents avant leur émanation, tandis que les êtres crées sont inscrits dans la temporalité, la causalité, le jeu du sujet et de l’objet.

(…) L’émanation est sans objet et sans objectif. Il s’agit d’une célébration dans la félicité de la gloire, de la beauté, de la liberté de Dieu. La création, elle, obéit à des règles nées de la séparation. Elle a un commencement et une fin tandis que l’émanation est infinie. La création a et est une histoire tandis que l’émanation est un ordre naturel, une harmonie sublime ne nécessitant ni intervention ni ajustement. Au sein de l’émanation, les différences ne permettent pas la comparaison tant elles révèlent l’unité, la totalité. Tout au contraire, la création suscite la comparaison et la hiérarchisation au sein d’une multiplicité.

Jean-Baptiste Willermoz indique que l’immensité divine, « est le séjour de l’unité éternelle qui la remplit de sa Splendeur et de sa divine Lumière, qui en est le Centre, la circonférence et le tout. C’est de ce centre incompréhensible que Dieu voit tout, connaît tout, prévoit tout, embrasse tout, dirige et gouverne toutes choses par sa Volonté, par sa Sagesse, par sa Providence , et commande souverainement par son Verbe tout puissant. »

(…) L’émanation se caractérise par la multiplicité dans l’unité. »

 Rémi Boyer, Le Régime Ecossais Rectifié, de la Doctrine de la Réintégration à l'Imago Templi, extrait.

 

11017675_568692193271362_2075600382663582000_n.jpg

14/12/2015

Condamné à la mort, l’homme s’est ainsi regardé comme un esclave, une créature enchaînée et contrainte, un « détenu métaphysique »

« Dépourvu d’indépendance, de liberté ontologique, condamné à la mort, l’homme s’est ainsi regardé comme un esclave, une créature enchaînée et contrainte, un « détenu métaphysique ». Il faudrait, ainsi, être aveugle pour nier la tristesse de l’état dans lequel nous nous trouvons. (…) Il faudrait être aveuglé pour nier l’évidence d’une ingrate et pénible situation, d’un affligeant état dont la charge pèse très lourdement sur les âmes meurtries et affectées. »

 J-M Vivenza, « La Clé d’or et autres écrits maçonniques », extrait

chuteeeeeeeeee.jpg

10/06/2015

La création matérielle, à la lumière de Martines de Pasqually.

 

tableau_universel_mp (1).jpg

planetary-rings (1).jpg

« Ces premiers esprits ayant conçu leur pensée criminelle, le Créateur fit force de lois sur son immutabilité en créant cet univers physique en apparence de forme matérielle, pour être le lieu fixe où ces esprits pervers auraient à agir et à exercer en privation toute leur malice. Il ne faut point comprendre dans cette création matérielle l’homme, ou le mineur, qui est aujourd’hui au centre de la surface terrestre, parce que l’homme ne devait faire usage d’aucune forme de cette matière apparente, n’ayant été émané et émancipé par le Créateur que pour dominer  sur tous les êtres émanés et émancipés avant lui. Ce mineur ne fut émané qu’après que cet univers fut formé par la toute-puissance divine pour être l’asile des premiers esprits pervers et la borne de leurs opérations mauvaises, qui ne prévaudront jamais contre les lois d’ordre que le Créateur a données à sa création universelle. Il avait les mêmes vertus et les mêmes puissances que les premiers esprits, quoiqu’il ne fut émané qu’après eux. Il devint leur supérieur et leur aîné par son état de gloire et la force du commandement qu’il reçut du Créateur. Il connaissait parfaitement la nécessité de la création universelle, il connaissait de plus l’utilité et la sainteté de sa propre émanation spirituelle, ainsi que la forme glorieuse dont il était révêtu pour agir dans toutes ses volontés sur les formes corporelles actives et passives. C’était dans cet état qu’il devait manifester toute sa puissance pour la plus grande gloire du Créateur, en face de la création universelle, générale et particulière. »

Martines de Pasqually, « Traité sur la réintégration des êtres, § 6 La création matérielle »

nebullll.jpg