Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2014

Prière

« Approche de moi le caractère sacré et le sceau divin dont tu es le dépositaire, et transmets jusqu’au sein de mon âme le feu qui te brûle, afin qu’elle brûle avec toi, et qu’elle sente ce que c’est que ton ineffable vie et les intarissables délices de ton éternelle existence. Trop faible pour supporter le poids de ton nom, je te remets le soin d’élever en entier l’édifice, et d’en poser toi-même les premiers fondements au centre de cette âme que tu m’as donné pour être comme le chandelier qui porte la lumière aux nations, afin qu’elles ne restent pas dans les ténèbres. »

( Saint-Martin, Prière n°1)

 «  Si tu voulais t’observer avec attention, tu sentirais tous ces principes divins de l’essence éternelle, délibérer et agir puissamment en toi selon leur vertu et leur caractère ; tu sentirais qu’il t’es possible de t’unir à ces suprêmes puissances, de devenir un avec elles, d’être transformé dans la nature active de leur agent, et de voir toutes tes facultés s’accroître et s’aviver par de divines multiplications ; tu sentirais ces divines multiplications continuer et s’étendre journellement en toi, parce que l’impression que les principes de vie auraient transmises sur ton être les y attirerait de plus en plus, et qu’à la fin ils ne feraient plus que s’attirer véritablement eux-mêmes en toi, puisqu’ils t’auraient assimilés à eux. Tu pourras alors te faire une idée de ces joies futures dont tu goûterait déjà les prémices ; tu aurais de délicieux pressentiments , que grâce aux miséricordieuses faveurs de celui qui t’a crée et qui veut bien te régénérer, ton entrée dans la vie t’es comme cautionnée par lui. »

 Louis-Claude de Saint-Martin « Le Nouvel Homme »

602763_314990958602453_1118621245_n.jpg

 

Saint-Martinisme

1507100_269902423159494_117116633_n.jpg

« Réveille-toi donc, homme, chaque jour avant l’aurore pour accélérer ton ouvrage. C’est une honte pour toi que ton encens journalier ne fume qu’après le lever du soleil. Ce n’est point l’aube de la lumière qui devait autrefois avertir ta prière de venir rendre hommage au Dieu des êtres, et solliciter ses miséricordes, c’est ta prière qui devait elle-même appeler l’aube de la lumière et la faire briller sur ton œuvre, afin qu’ensuite tu puisses du haut de cet orient céleste la verser sur les nations endormies dans leur inaction, et les arracher à leurs ténèbres. »

( Louis-Claude de St Martin, "Le Nouvel Homme")

« Notre dépouille humaine ne devrait faire autre chose pour nous, pendant notre séjour sur la terre, que s’évanouir successivement comme un fantôme et comme un ouvrage de féerie, et rendre à notre esprit par la même dégradation douce, sa liberté première, sa force et ses vertus originelles. Suis donc la loi du feu. Il était avant le temps, il s’élève au-dessus du temps. Il s’élève dans une forme brillante. Suis la loi du feu et monte avec lui dans la demeure de la lumière. »

( Louis-Claude de Saint-Martin "L’homme de désir ")