Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2015

Un Second Adam, le « Verbe premier né » est venu en ce monde réaliser Lui-même l’œuvre abandonnée, effectuer le labeur essentiel que l’Eternel attendait de l’homme .

edennnnn.jpg

« La religion primitive, le sacerdoce originel d’Adam relèvent donc d’un ministère unique, un ministère relié à la nature même de la Divinité en ce sens que crée à son image, Adam devait être en réalité l’authentique représentant de l’Eternel en toutes les régions ; il était un député doté d’immenses privilèges  ceci expliquant pourquoi l’ensemble de la création attendait, avec une impatience attentive et une vive espérance, que l’homme réponde à ce que l’on espérait de lui, de sorte qu’il effectue la charge qu’il devait accomplir. C’était là son saint-ministère et la raison des titres dont il était détenteur en tant qu’être spirituel destiné à l’Eternel. En effet, les anges étaient intéressés à ce que l’homme accomplisse sa mission, réponde à la charge qui lui avait été confiée, mais à cause de l’infidélité d’Adam le projet divin a été modifié, un Second Adam, le « Verbe premier né » est venu en ce monde réaliser Lui-même l’œuvre abandonnée, effectuer le labeur essentiel que l’Eternel attendait de l’homme. »

J-M Vivenza « Louis-Claude de Saint-Martin et les Anges », extrait.

 ValleeLarmesP DUT 1437.JPG

« Ces mystères, « les anges aspirent à les contempler », mais ils ne peuvent scruter la Sagesse de Dieu, par l’action de laquelle l’ouvrage par lui modelé est rendu conforme et co-corporel au Fils: Car Dieu a voulu que sa progéniture, le Verbe premier-né, descende vers la créature, c'est-à-dire vers l'ouvrage modelé, et soit saisie par elle, et que la créature à son tour saisisse le Verbe et monte vers lui, dépassant ainsi les anges et devenant à l’image et à la ressemblance de Dieu. »

 

Sainte Irénée de Lyon, Contre les hérésies, V, 36, 3.

Le centre de notre Être est ce foyer où peut s'exprimer la "Sainte Parole" qui s'exprime par le "parfait silence"

« L’intuition de Saint-Martin réside dans cette conviction que le centre, le centre seul est le foyer où peut s’animer la parole intérieure, créatrice, vivante, la « Sainte Parole » qui s’exprime uniquement, non par le verbiage mécanique des lassantes récitations pré-écrites faites sans conscience en étant prononcées par les lèvres et non pas le cœur, mais par le « parfait silence » en quoi consiste toute notre religion en ce monde. »

J-M Vivenza « Louis-Claude de Saint-Martin et les Anges », extrait.

centre.jpg

08/10/2015

Fais donc en sorte de n'être plus que douleur, que soupirs, que lamentations car ce n'est plus que de cette manière-là que tu peux aujourd'hui être l'image et la ressemblance de Dieu.

"Songe, âme de l'homme, que c'est le Dieu même qui pleure en toi, pour que tu puisses, par ses propres douleurs, parvenir aux consolations. Songe qu'il pleura avant de dire à Lazare : Levez-vous. Songe qu'il pleure à tout instant dans tout ton être, et qu'il ne cherche qu'à établir son propre jeûne ou sa propre pénitence dans ton centre élémentaire, dans ton centre spirituel, et dans ton centre Divin. Si Dieu pleure en toi, comment te refuserais-tu à pleurer avec lui, comment t'opposerais-tu à laisser librement circuler en toi, ces torrents enflammés de la pénitence sacrée, dans lesquels l'éternel amour t'engage à faire ta demeure avec lui-même, pour qu'ensuite tu fasses aussi ta demeure avec lui dans l'allégresse et dans la vie. Fais donc en sorte de n'être plus que douleur, que soupirs, que lamentations car ce n'est plus que de cette manière-là que tu peux aujourd'hui être l'image et la ressemblance de ton Dieu."

 Louis Claude de Saint-Martin, Le Nouvel Homme.

pleurre.jpg