Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2014

Le Royaume divin n’est pas de ce monde

« Dieu, en sa vérité intrinsèque, n’est pas, formellement parlant, un « Roi céleste », cela c’est du mythe pur, de l’imagerie enfantine simpliste. Dieu est présent, par présence infinie, en tout point de l’espace et du temps, tout en étant, et en cela réside le paradoxe incompréhensible, totalement autre, il est le « Tout Autre », puisque, par son immatérialité, il ne réside en aucun point de ce temps et de cet espace matériels, il ne siège donc pas sur un « trône de gloire » dans les nuages, il est, en son intime substance, un mystère indicible comme le rappelle avec justesse saint Thomas d’Aquin ( + 1274) : «  L’essence divine, par son immensité, surpasse toutes les formes que notre intelligence peut atteindre ; et on ne peut donc pas l’appréhender en sachant ce qu’elle est. » Et c’est pourquoi, le plus haut savoir auquel on puisse accéder en mode religieux, est un savoir « négatif », car si Dieu est illimité, s’il est sans forme et sans corps, en tant qu’il est un pur « Esprit », alors la connaissance que nous pouvons avoir de Lui en notre état de créature, ne peut passer, pour nos intelligences limités, que par une véritable « nuit de l’esprit ».

«  Mais ce « Royaume » est, d’abord et avant tout, le Sanctuaire du ciel, là où se célèbrent les cérémonies éternelles consacrées à chanter la Gloire de Dieu, Temple invisible aux yeux de chair, éloigné des sphères corrompues de ce monde, « Royaume» dont les portes ont été ouvertes par le Divin Réparateur. »

 Jean-Marc Vivenza (« Le culte en « Esprit » de l’Eglise Intérieure », extrait.)

10001377_10151947701421556_2056267917_n.jpg

13/09/2014

L'oeil intérieur

 

si.jpg

« L’oeil intérieur de l’homme c’est la raison, potentia hominis intellectiva, mens. Si cet œil intérieur est éclairé par la lumière divine, alors il est le vrai soleil intérieur, par lequel tous les objets viennent à notre connaissance. Tant que la lumière divine n’éclaire pas cet œil, notre intérieur vit dans les ténèbres. L’aurore de notre intérieur commence quand cette lumière se lève. Ce soleil de l’âme éclaire notre monde intellectuel, comme le soleil  extérieur éclaire le monde extérieur. 

(…) Quelle grande destinée a l’homme intérieur ! Son spirituel peut s’élever jusqu’aux anges et aux intelligences supra-angéliques ; il peut s’approcher du trône de la Divinité, et voir en lui-même toutes les magnificences des mondes divin, spirituel et physique, Averte Oculumtuum, ne videat vanitatem. Détourne ton âme, ton œil intérieur de toutes les choses qui ne sont pas Dieu ; ferme-le à la nuit des erreurs et des préjugés, et ne l’ouvre qu’au Soleil spirituel. »

 « Cet organe intérieur est le sens intuitif du monde transcendantal ; et, avant que ce sens d’intuition soit ouvert en nous, nous ne pouvons avoir aucune certitude objective de vérité plus élevée. Cet organe a été fermé par suite de la Chute, qui a jeté l’homme dans le monde des sens. La matière grossière qui enveloppe ce sensorium intérieur est une taie qui couvre l’œil intérieur et qui rend l’œil extérieur inapte à  la vision du monde spirituel. »

 « L’état de maladie des hommes est un véritable empoisonnement ; l’homme a mangé du fruit de l’arbre dans lequel le principe corruptible et matériel prédominait, et s’est empoisonné par cette Jouissance. Le premier effet de ce poison fut que le principe incorruptible qu’on pourrait appeler le corps de vie, comme la matière du péché est le corps de mort, dont l’expansion formait la perfection d’Adam, se concentra dans l’intérieur, et abandonna l’extérieur au gouvernement des éléments. C’est ainsi qu’une matière mortelle couvrit bientôt l’essence immortelle, et les suites naturelles de la perte de la lumière furent l’ignorance, les passions, la douleur, la misère et la mort.

La communication avec le monde de la lumière fut interceptée ; l’œil intérieur qui voyait partout la vérité, se ferma, et l’œil matériel s’ouvrit à l’aspect inconstant des phénomènes. »

 « Ainsi les hommes des sens sont en général dans un aveuglement spirituel; leur oeil intérieur est fermé, et cet obscurcissement est encore une suite de la Chute du premier homme. La matière corruptible qui l'enveloppait a fermé son oeil intérieur et spirituel, et c'est ainsi qu'il est devenu aveugle pour tout ce qui regarde les mondes intérieurs. »

« L’homme avant la chute était le Temple vivant de la Divinité ; et, dans le moment où ce temple fut dévasté, le plan pour le rebâtir fut déjà projeté par la Sagesse de Dieu, et de cette époque commencent les Mystères Sacrés de toutes les religions, qui ne sont en eux-mêmes sous mille dehors différents, adaptés aux circonstances des divers peuples, que les symboles répétés et déformés d’une vérité unique, qui est : la Ré-génération de l’homme, ou sa ré-union avec Dieu. »

 « Il est nécessaire, mes frères bien-aimés dans le Seigneur, de vous donner une idée pure de l'Eglise intérieure, de cette Communauté lumineuse de Dieu qui est dispersée à travers le monde; mais qui est gouvernée par une vérité et unie par un esprit. Cette comunauté de la lumière existe depuis le premier jour de la création du monde, et sa durée sera jusqu'au dernier jour des temps. elle est la société des élus qui connaissent la lumière dans les ténèbres, et la séparent dans ce qu'elle a de propre. »

 Karl Von Eckartshausen ( « La Nuée sur le Sanctuaire » extraits )

06/08/2014

Yogâcâra, une voie d'Eveil Bouddhiste

viven.jpg

« Nous vivons donc pendant le cours de nos brèves existences, si nous suivons attentivement le raisonnement des docteurs Yogâcâra, dans une sorte de théâtre, de monde virtuel ou spéculaire, construit suivant des schémas mentaux , des modélisations arbitraires, qui nous rivent malheureusement, de par la capacité attractive de l’attachement et du désir, ainsi que de par la force répulsive de la crainte et de la peur, à de véritables fantômes, à des ombres passagères dont nous subissons constamment la dure et inflexible loi dominatrice.

« Loin donc de représenter un exercice auxiliaire, la discipline de la conscience, la discrimination de l’esprit proposée par le Yogâcâra, est, sans aucun doute, d’un intérêt vital permettant et autorisant l’être à se diriger vers l’Eveil, en lui fournissant un outil efficace capable de lui faire traverser de nombreux territoires inexplorés, de lui faire découvrir d’étonnantes vérités non encore décelées et, surtout, de lui donner les clés de la compréhension cachée de ce que l’on considère comme étant le « réel », de manière à ce qu’il soit permis d’écarter l’épais et pesant voile d’obscurité qui obstrue la vue juste et la claire pensée, de dissiper, enfin, les fausses certitudes qui le rivent tragiquement aux illusoires impressions du monde extérieur, en le rendant esclave et victime d’une conscience erronée, d’une conscience aliénée et assujettie »

J-M Vivenza « Tout est Conscience, une voie d’éveil bouddhiste »