Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2014

La vertu attachée à l’arche sainte te fera ouvrir les portes éternelles.

" L’Arche Sainte, qui est bien, dans l’Ancienne Alliance, l’image préfiguratrice de Yeshoua est également aujourd’hui, en tant que chambre secrète du cœur chez le disciple du Divin Réparateur, dispensatrice et source des grâces qui vont être reçus par celui qui élève ses prières vers le Ciel, et nous touchons là, à cet instant, à l’un des plus profonds mystères contenus dans la voie de l’initiation saint-martiniste où, après être passé par la purification de son désir et les douleurs de la naissance, le nouvel homme est engagé à devenir, dans l’interne et par delà les formes, une terre de gestation et d’enfantement pour la Parole, recevant, invisiblement et directement du Ciel, une ordination qui le consacrera à la prière, à la louange et à la glorification du Nom Sacré. 

Voici ce que nous enseigne, à ce sujet, le Philosophe Inconnu, nous donnant d’accéder au sublime cœur de l’initiation saint-martiniste : «  Cette arche sainte, engagera le grand prêtre de l’ordre de Melchisédech à te revêtir lui-même de tes habits sacerdotaux qu’il aura bénis auparavant, il te donnera de sa propre main les ordinations sanctifiantes par le moyen desquelles tu pourras, en son Nom, verser les consolations dans les âmes, en leur faisant sentir par ton approche, par ton verbe purificateur, et par la sainteté de tes lumières (…) La vertu attachée à l’arche sainte te fera ouvrir les portes éternelles… » ( "Le Nouvel Homme" ) "

J-M Vivenza ( "L'Eglise et le Sacerdoce selon L-C de Sant-Martin")

yeshua.jpg

 

Dans la clarté des hauts Cierges...

« Sur une table, recouverte d’une triple nappe, noire, blanche et rouge, emblème des trois Mondes, l’Epée à garde cruciale jette son éclat en travers de l’Evangile de Jean. Derrière, dans la clarté dansante des trois hauts cierges allumés et disposés en triangle, vaguement voilée par la fumée odoriférante, se dessine la silhouette imprécise de l’Initiateur, l’Encensoir en mains. Il trace dans l’espace, d’un geste large et sûr, le Signe mystérieux. A l’écart, solitaire, brûle un autre Cierge. Appuyé contre la base du chandelier, une cordelière et un masque. Le Cierge des « Maîtres Passés »… 

Dans le silence des Assistants, muets et recueillis, la voix grave continue la profération rituelle, et les paroles du Sacramentaire sonnent, claires et nettes, adjuratrices comme des Litanies. Elles établissent - par delà l'Espace et le Temps - le "pont" qui doit unir les Vivants et les Morts. Et il semble que, soudain, la Salle se soit peuplée d'Invisibles Présences.

Précisée avec minutie, la Cérémonie initiatique se déroule, pleine de grandeur. Le temps lui-même semble aboli. Voici qu’un des assistants a enfin posé le Masque emblématique, symbole du Silence et du Secret, sur le visage du Récipiendaire. Un autre l’a revêtu du grand Manteau, symbole de la Prudence. Et un troisième l’a ceint de la Cordelière, rappel de la « chaîne de fraternité ». » 

« Que la Paix, que la Joie, que la Charité, soient en nos cœurs et sur nos lèvres, maintenant et à toujours… » 

 Robert Ambelain ( « Le Martinisme, Histoire et Doctrine », Introduction, extraits.) 

nappe2013.png

11/09/2014

filiation Martiniste et Régime Ecossais Rectifié par Robert Ambelain

Le-Martinisme-contemporain-et-ses-veritables-origines--par.jpg« Il n’en est pas moins vrai que les Martinistes contemporains, désireux de se rattacher réellement au sens initiatique du mot, au véritable Martinisme historique, devront aller recevoir la « Lumière » au sein des Loges Ecossaises Rectifiées…

(…) Seul , par sa tradition historique, ses origines, le Rite Ecossais Rectifié est susceptible de servir de souche éggrégorique à un Martinisme authentique et actif. Lui seul pourra donner la vie occulte à ses Loges, lui seul peut relier occultement, dans le Temps et malgré les siècles, les véritables « Supérieurs Inconnus » de jadis et ceux qui aspirent les rejoindre en esprit, dans la fumée des encensoirs rituéliques et dans la clarté des mystérieux flambeaux… »

 Robert Ambelain ( Le Martinisme contemporain et ses véritables origines, collection "Survivances Initiatiques", 1948)