Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2015

Les étincelles divines émanées de l’Abîme primordiale remonteront alors vers la Cause Première

« Que, venue de la vieille Asie, du Nouveau-Monde, de l’Europe en fièvre, ou de quelque mystérieuse hypogée hyperboréale, la Lumière spirituelle illuminera un jour l’humanité folle, et que cette dernière sache enfin distinguer le vrai du faux. Alors, peut-être s’accomplira-t-il , enfin, le Grand’ Oeuvre cosmique.

Graduellement, les étincelles divines émanées de l’Abîme primordiale remonteront alors vers la Cause Première. Graduellement, la Vie s’éteindra sur le Globe. Et, un jour lointain, les Astres, tels des tisons noircis, continueront de rouler dans le froid silence des espaces interstellaires, sans lois comme sans buts, jusqu’à ce que, par cette anarchie même, tels des ossements blanchis, ce qui fut une immensité étincelante et ignée, éparpille ses cendres dans un infini de silence, de ténèbres et de désolation…

Qu’importera alors, puisque ce qui était la Vie, protéiforme autant que mystérieuse, aura depuis longtemps quitté cet immense sépulcre. ..

La création matérielle ne peut ajouter à la Gloire de la Cause Première. L’Infini de la Nature Divine s’y oppose. Alors, à quoi bon fuir plus longtemps la conquête de la Paix totale, du mystérieux royaume où rien ne peut plus émouvoir l’Esprit ?… »

 Robert Ambelain ("Adam dieu rouge", extrait.)

 « Alors seulement, de cette définitive libération individuelle, sortira enfin la grande libération collective, qui permettra seule la reconstitution de l’Archétype, puis sa réintégration dans le Divin qui l’émana jadis. Abandonné à lui-même par son animateur, le monde de Matière se dissoudra, n’étant plus vivifié, harmonisé, conduit par l’Archétype. Sous l’impulsion, naturellement anarchique, des Entités déchues, cette désagrégation des parties du Tout ira s’accélérant. L’Univers finira alors ; ce sera la « fin du Monde » annoncée par les traditions universelles.

« Comme un livre qu’on roule, le Ciel et la Terre passeront… ! »

L’essence Divine réoccupera, alors graduellement ces « régions » de son essence d’où elle s’était primitivement rétractée. Les illusions momentanées, baptisées du nom de créatures, d’êtres, de mondes, disparaîtront car Dieu est tout, et Tout est en Dieu, bien que Tout ne soit pas Dieu ! l’Absolu n’a rien tiré d’un néant illusoire, qui ne saurait exister en dehors de Lui, sans être Lui-même.

Rien d’autre que cette rétraction de la divine essence, n’a permis la Création des Mondes ; angéliques, matériels, etc… 

Comme c’est aussi cette rétractation de cette même essence, qui a  permis l’Emanation des Etres spirituels.

Et ainsi s’effectuera la symbolique « Victoire » du Bien sur le Mal, de la Lumière sur les Ténèbres, par un simple retour des choses dans le Divin, par une réassimilation des êtres, purifiés et régénérés,.

Tel est l’ésotérique déroulement du Grand Œuvre Universel. »

 Robert Ambelain (Le Martinisme, Histoire et Doctrine, extrait)

illustration-de-l-espace_26900_w460.jpg

 

 

09/02/2015

Les membres de la hiérarchie ésotérique, cachés aux yeux des hommes, ne sont connus que de Dieu seul.

«  L’idée shî’ite de la walâyat correspond, sous un de ses aspects, à l’idée de la « communion des saints » dans le christianisme. L’affiliation à ce corps mystique ne suppose ni rituel ni cérémonial d’initiation. C’est le « candidat » qui, en fait, s’engage lui-même, comme jadis l’on engager dans la quête du Graal, ou comme le pèlerin Adam, formulant et renouvelant son engagement  à l’  « Ange », secret de la Pierre Noire qu’il portait avec lui. La réalité du pèlerinage du cœur s’accomplit dans l’invisible qui est le malakût. Ses effets fructifient dans la formation du jism mithâlî, le corps imaginal, et c’est l’ensemble de tous les « corps de lumière » qui forment l’invisible sodalité. Celle-ci a bien une forme, voire une organisation et une structure, mais tout cela dans le malakût : les membres de la hiérarchie ésotérique dont parle la théosophie shî’ite, ne sont connus que de Dieu seul. Et de même que c’est de cette Eglise invisible, Ecclesia spiritualis, qu’il a été dit que « les puissances de l’Enfer ne prévaudront pas contre elle. », de même Qâzî Sa’îd nous a rappelé la parole de l’Imâm Rezâ déclarant que « la Religion divine ne périrait pas, tant que durerait le Temple de la Ka’aba », parole visant le Temple immatériel de la foi, qui a pour garant et gardien le douxième Imâm, l’Imâm caché. Gardien de ce Temple, il est caché aux yeux des hommes, comme l’est le saint Graal, depuis la disparition de celui-ci en la cité spirituelle de « Sarras », c’est-à-dire à la limite du malakût et de notre monde. Et la raison qui de part et d’autre, nous est donné de cette occultation, est la même. Les hommes n’étaient plus dignes ni capables de voir le Graal, de même qu’ils sont devenus indignes et incapables de voir l’Imâm. De part et d’autre, nous sommes invités à méditer une même occultation pesant sur la situation actuelle de notre monde. »

Henry Corbin ( Temple et Contemplation, extrait)

TheFinalFive.JPG

23/01/2015

La lumière qui brille dans cette chambre du cœur, le lieu du « Parfait silence »

« A l’intérieur du cœur, lorsque celui-ci se libère peu à peu des ténèbres, alors apparaît une lumière secrète, la lumière que le monde ne voit pas, car, comme le dit saint Jean : «  celui qui est en vous, est plus grand que celui qui est dans le monde » (Jean IV, 4).

La lumière qui brille dans cette chambre du cœur, le « Saint Palais », le lieu du « Parfait silence », confère à ce « centre » spirituel une importance extrême, faisant de ce tabernacle intérieur, qui se trouve à l’Orient de l’homme, là où se situe son cœur, là où la lumière a son séjour, la véritable et authentique Terre Sainte secrète, le Sanctuaire Intérieur qui est le creuset de notre réintégration à venir, lorsque nous aurons abandonnés les choses terrestres, au sein de notre véritable nature, état premier et originel auquel nous retournerons lorsque, naissant à la « grande lumière », se déchirera le voile de la matière comme fut déchiré de haut jusqu’en bas celui du Temple de Jérusalem. »

 

Jean-Marc Vivenza ( La Clé d’Or et autres écrits maçonniques)

she.jpg