Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2014

Le corps de matière ténébreuse

1385478_10202207014285762_846423868_n.jpg"Nous avons été "enfermés" lors de notre conception, en punition du crime d'Adam notre premier père selon la chair, dans des corps de matière d'une nature ténébreuse, matière flétrie, souillée, mais aussi, et surtout infectée du germe de la "dégénérescence" la destinant à la mort, vouée en sa substance à l'anéantissement et à la disparition définitive dans la nuit du "tombeau de la mort", en raison de cette transformation de son état premier glorieux immatériel- Martinès parle de "métamorphose" ( Traité, 195) - en une essence charnelle matérielle dégénérée"

"Notre nature effectivement "dégénérée" dans une jonction entre esprit et matière qui est une absolue "abomination", fait que tant que l'homme reste lié à son corps il ne peut vivre que dans un horrible chaos qui est la loi de la vie terrestre, d'autant que sa forme matérielle actuelle est semblable à celle dont aurait été revêtu le démon s'il avait été question qu'il se réconcilie avec le Créateur"

"C'est pourquoi, sans ménagement particulier, le Philosophe Inconnu nous indique que l'enveloppe matérielle dans laquelle nous sommes enfermés est la cause de la douloureuse situation que nous endurons; c'est la chair, le composé grossier que nous assumons, non sans difficultés multiples, qui est à la source de notre relation souffrante et désorientée au monde, et de notre incapacité de nous hisser vers les domaines spirituels."

"En effet, par son crime, en étant emprisonné dans les fers de la matière, en réalité l'homme est tombé entre les mains de l'Ennemi, du Prince qui règne sans partage en ce monde -ce que l'Evangile confirme avec force : " Tout ici-bas est aux mains du malin" ( I Jean V, 19). C'est pourquoi insiste Saint-Martin, l'Adversaire nous rappelle constamment qu'il est le maître de la matière et que cette "matière" est, précisément "son royaume".

Non content de subir le contrecoup d'une punition consécutive à l'horreur de son crime, Adam, explique Saint-Martin s'est en fait condamné à passer son existence charnelle sous la domination du Serpent, puisque le monde matériel est le royaume de l'ennemi, il est le lieu où il règne, par et sur la matière, qui est le composé général de cet univers déchu destiné à la corruption et à la mort."

"Se complaire dans la matière, c'est en réalité se couper de Dieu"

" Celui qui affectionne sa vie, la perdra; et celui qui hait sa vie dans ce monde-ci la conservera pour la vie éternelle" ( Jean XII, 25.)

"La matière est donc non seulement une prison, mais c'est une prison contraignante qui règne sur nous en accroissant la puissance de sa domination. En conséquence, loin de miser sur une chimérique, autant qu'improbable, spiritualisation de la matière, Saint-Martin nous fait voir que la disparition et le retour au néant du composé ténébreux, c'est à dire leur "réintégration" sont une nécessite pour que l’éternelle vérité puisse être connue

L’homme terrestre, qui refuse cette inévitable disparition, œuvre en vain pour tenter de sauver une base corrompue qui, inexorablement doit un jour retourner au néant. Se laissant entraîner à des pensées erronées de par le développement des rapports sensibles qui accroissent sa matière, l'homme édifie de ses propres mains sa prison. De ce fait l'homme, se laissant enfouir dans le cachot de la matière, oublie qu'il provient en réalité de le région immatérielle d'en haut où il doit retourner."

"Le corps, notre corps de chair et de sang, est une barrière de matière ténébreuse nous séparant de Dieu, puisque le corps primitif purement spirituel, était un présent divin immatériel et pur, alors que celui que nous avons actuellement, pour notre expiation et en rétribution du crime d'Adam, est le fruit d'une dégénérescence impure, le produit d'un phénomène "monstrueux", comme l'écrivit Willermoz, qui doit périr et s'effacer totalement. Le corps charnel de l'homme selon Saint-Martin, est effectivement corrompu, et doit donc aller, inévitablement vers la corruption, la putréfaction et la disparition, ceci afin de nous permettre d'accéder au domaine céleste de l'eternité par l'Esprit, là où se trouve le vie immortelle et impérissable, de sorte de nous unir, pour toujours, à la "demeure de la lumière""

"Si ce monde fut l'affreuse prison temporelle du mineur, le lieu obscur de son enfermement en une enveloppe ténébreuse, un lieu sinistre d'exil où il endure une rigoureuse privation spirituelle, puisque Adam, piétinant tous les principes sacrés et trahissant Dieu de manière scandaleuse, prévariqua en effectuant une opération de création de matière impure, alors la dissolution, l'anéantissement de ce monde ténébreux sera un événement heureux, une authentique "bénédiction" comme le souligna Saint-Martin dans son "Traité des bénédictions" puisqu'elle correspondra au retour des âmes à l'Unité, à leur principe originel, à la réintégration des êtres dans leurs premières propriété, vertu et puissance spirituelle divine."

Jean-Marc Vivenza ( La Doctrine de la Réintégration des Êtres)
 

08/07/2014

Le dixième degré de l'échelle mystique de l'amour divin.

1975005_777836412227848_453506181_n (1).jpg"Le dixième et dernier degré de cet escalier secret de l'amour fait que l’âme s'assimile totalement a Dieu, par suite de la claire vision de Dieu dont elle jouit aussitôt d'une manière immédiate; quand en effet l’âme est arrivée au neuvième degré, elle n'a plus qu'a quitter sa chair. Les âmes de cette sorte sont en petit nombre; comme l'amour a opéré en elles une purification complète, elles ne passent point par le purgatoire..."

"Nous savons que nous saurons semblables a lui". Cette expression ne veux pas dire que l’âme sera aussi puissante que Dieu, car cela est impossible, mais parce qu'en tout elle deviendra semblable a Dieu; aussi peut-on l’appeler, et elle sera en réalité Dieu par participation."

"Voila donc comment cette théologie mystique et cet amour secret portent l’âme a s’élever au-dessus de toutes les créatures et d'elle-même pour monter jusqu'à Dieu. Car l'amour est comme le feu; il s’élève toujours vers les hauteurs pour atteindre le centre de sa sphère."

"C'est ainsi que la jeunesse de l'âme se renouvelle comme celle de l'aigle; elle est désormais revêtue de l'homme nouveau qui, au dire de l'Apôtre a été crée selon Dieu. Cette transformation n'est autre chose que l'illumination de l'entendement par la lumière surnaturelle"

Saint Jean de la Croix.

 

06/07/2014

Du sommet du monde...

1010713_1381509328804070_9168286781146961310_n.jpg

"Plus on avance dans les vertus, moins on s'aperçoit des défauts des autres, comme si un homme était placé sur le sommet d'un mont d'où il put découvrir un horizon immense: il ne verrait pas les difformités de ceux qui habiteraient cet espace, et son élévation même lui donnerait un interêt vif et tendre pour ceux qu'il saurait être de la même nature que lui. Que doit donc être l'amour de Dieu pour les hommes !"

Louis-Claude de Saint-Martin