Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2014

Melkitsedeq

« Lors du sacrifice, il mit une ceinture où étaient brodés différents caractères, et une coiffure blanche semblable à celle que portèrent plus tard les prêtres. Sa longue chevelure était d’un blond clair et brillant comme de la soie ; il avait une barbe blanche, courte et pointue ; son visage était resplendissant. Il inspirait le plus profond respect, et tous en sa présence devenaient graves et silencieux. Il me fut révélé que c’était un ange sacerdotal et un messager de Dieu. Il était envoyé pour fonder de saintes institutions : il conduisait, distribuait les races, et bâtissait des villes. Je l’ai vu en divers lieux bien avant le temps d’Abraham ; plus tard je ne l’ai pas revu. »
Anne Catherine Emmerich

"La bénédiction du pain et du vin préfigurant le sacrifice eucharistique de la Cène est aussi nettement évoquée, mais elle se déroule sans consécration et dans l’ordre angélique.

Il s’agit là par conséquent, d’une typologie de la consécration par voie sacerdotale et qui rélève de ce qu’Henry Corbin appelait la « hiérohistoire ». Un fait archétypal, prototype et par là « consigné » dans une zone des « états de l’Etre » où le déroulement et l’effacement du temps ne jouent pas. Cette « bénédiction figurative », pour reprendre les termes de la visionnaire, se situe dans ce monde de l’ « Imaginal », la terre de « Hurqalia » dans les descriptions de l’ésotérisme shî’ite raportées par H.Corbin. D’où le vêtement d’un blanc éblouissant de Melkitsedeq. Or c’est justement dans cette zone précélestielle que se conservent, avec la Tradition Primordiale, les « mystères du Pôle » et c’est le lieu de la Montagne des Prophètes entrevue par A.C. Emmerich. On comprends l’interêt que Guénon portait à cette description, mais on relira aussi ce que Corbin a écrit sur cette notion du Pôle et de la montagne sacrée dans les peintures du royaume de l’Ange. "

Jean Tourniac « Melkitsedeq ou la Tradition Primordiale »

 

« Melchisédeq fut le premier Prêtre-Roi ; tous les vrais prêtres de Dieu et de la nature descendent de lui, et Jésus-Christ lui-même se joignit à lui, comme prêtre « selon l’ordre de Melchisédeq »...

...Ainsi, un prêtre selon l’ordre de Melchisédeq est celui qui sait séparer la substance qui contient tout et vivifie tout, de la matière impure ; et qui la sait employer comme un vrai moyen de réconciliation et de réunion pour l’humanité tombée, afin de lui communiquer la vraie dignité royale ou la puissance sur la nature, et la dignité sacerdotale ou le pouvoir de s’unir par la Grâce, aux mondes supérieurs. » 

Karl Von Eckartshausen

melchize.jpg

 

Serviteurs Inconnus

312374_202604776545299_95846242_n.jpg

 

 

 Pour le Martiniste, le masque est une chose destinée à masquer la personnalité et à augmenter au maximum la distance entre l'initié et le monde profane, c'est donc une aide pour créer la personnalité idéale, c'est aussi l'un des trois outils dont l'Initié se sert pour entrer dans la voie tracée par les Supérieurs Inconnus et bénéficier de leurs influences. L'Initié doit-il alors se cacher ? Uniquement au monde profane, à ses Frères il se présente sans contrainte, tel qu'il est.

Qu'enseigne alors le masque à l'Initié ? II enseigne que la connaissance est impersonnelle et n'est connue que par ses manifestations. Elle ne peut être personnifiée comme individualité.