Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/12/2014

L’âme doit se débarrasser et se dépouiller des sens pour entrer dans la nuit de l'esprit

"La porte étroite est cette nuit des sens ; l’âme se débarrasse et se dépouille des sens pour entrer dans cette nuit en s’appuyant sur la Foi, qui est complètement étrangère aux sens, afin de marcher ensuite par la voie étroite, ou l’autre nuit, celle de l’esprit."

"Tout est souffrance dans cette nuit obscure, dans cette rude purification des sens où elle (l’âme) se guérit d’une foule d’imperfections, et s’exerce à la pratique de toutes les vertus pour se rendre digne de l’amour divin…"

"Plus, en effet, les sens sont purifiés, plus aussi ils ont de facilité pour goûter à leur manière les joies de l'esprit."

" C'est dans la pauvreté, l'abandon, le dénûment de toutes les pensées de mon âme, c'est-à-dire dans les ténèbres de mon intelligence, dans les angoisses de ma volonté, dans les afflictions et les chagrins de ma mémoire, que je suis sortie; je me suis abandonné aveuglément à la foi pure, qui est une nuit obscure pour toutes mes puissances naturelles"

" Plus les choses divines sont en soi claires et manifestes, plus elles sont naturellement obscures et cachées à l'âme. Il en est ici comme de la lumière naturelle: plus elle est claire, plus elle éblouit et obscurcie la pupille du hibou; plus on veut fixer le soleil en face, et plus on éblouit la puissance visuelle et on la prive de lumière; cette lumière dépasse la faiblesse de l'oeil.

De même quand cette divine lumière de contemplation investit l'âme qui n'est pas encore complétement éclairée, elle produit en elle des ténèbres spirituelles, parce que non seulement elle la dépasse, mais parce qu'elle la prive de son intelligence naturelle et en obscurcit l'acte. Voilà pourquoi saint Denys et d'autres théologiens mystiques appellent cette contemplation infuse un rayon de ténèbres."

"Pour se purifier et de dégager des scories et des affections qu'elle porte en elle même, l'âme doit en quelquesorte s'annihiler et se détruire, tant elle s'est assimilée à ses passions et ses imperfections. Ainsi, cette fournaise sert-elle à purifier l'âme comme l'or dans le creuset. (...) C'est un état où Dieu humilie profondément l'âme pour l'exalter beaucoup ensuite"

Saint Jean de la Croix

jean1.jpg

 

Les commentaires sont fermés.