Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2014

La vertu attachée à l’arche sainte te fera ouvrir les portes éternelles.

" L’Arche Sainte, qui est bien, dans l’Ancienne Alliance, l’image préfiguratrice de Yeshoua est également aujourd’hui, en tant que chambre secrète du cœur chez le disciple du Divin Réparateur, dispensatrice et source des grâces qui vont être reçus par celui qui élève ses prières vers le Ciel, et nous touchons là, à cet instant, à l’un des plus profonds mystères contenus dans la voie de l’initiation saint-martiniste où, après être passé par la purification de son désir et les douleurs de la naissance, le nouvel homme est engagé à devenir, dans l’interne et par delà les formes, une terre de gestation et d’enfantement pour la Parole, recevant, invisiblement et directement du Ciel, une ordination qui le consacrera à la prière, à la louange et à la glorification du Nom Sacré. 

Voici ce que nous enseigne, à ce sujet, le Philosophe Inconnu, nous donnant d’accéder au sublime cœur de l’initiation saint-martiniste : «  Cette arche sainte, engagera le grand prêtre de l’ordre de Melchisédech à te revêtir lui-même de tes habits sacerdotaux qu’il aura bénis auparavant, il te donnera de sa propre main les ordinations sanctifiantes par le moyen desquelles tu pourras, en son Nom, verser les consolations dans les âmes, en leur faisant sentir par ton approche, par ton verbe purificateur, et par la sainteté de tes lumières (…) La vertu attachée à l’arche sainte te fera ouvrir les portes éternelles… » ( "Le Nouvel Homme" ) "

J-M Vivenza ( "L'Eglise et le Sacerdoce selon L-C de Sant-Martin")

yeshua.jpg

 

Dans la clarté des hauts Cierges...

« Sur une table, recouverte d’une triple nappe, noire, blanche et rouge, emblème des trois Mondes, l’Epée à garde cruciale jette son éclat en travers de l’Evangile de Jean. Derrière, dans la clarté dansante des trois hauts cierges allumés et disposés en triangle, vaguement voilée par la fumée odoriférante, se dessine la silhouette imprécise de l’Initiateur, l’Encensoir en mains. Il trace dans l’espace, d’un geste large et sûr, le Signe mystérieux. A l’écart, solitaire, brûle un autre Cierge. Appuyé contre la base du chandelier, une cordelière et un masque. Le Cierge des « Maîtres Passés »… 

Dans le silence des Assistants, muets et recueillis, la voix grave continue la profération rituelle, et les paroles du Sacramentaire sonnent, claires et nettes, adjuratrices comme des Litanies. Elles établissent - par delà l'Espace et le Temps - le "pont" qui doit unir les Vivants et les Morts. Et il semble que, soudain, la Salle se soit peuplée d'Invisibles Présences.

Précisée avec minutie, la Cérémonie initiatique se déroule, pleine de grandeur. Le temps lui-même semble aboli. Voici qu’un des assistants a enfin posé le Masque emblématique, symbole du Silence et du Secret, sur le visage du Récipiendaire. Un autre l’a revêtu du grand Manteau, symbole de la Prudence. Et un troisième l’a ceint de la Cordelière, rappel de la « chaîne de fraternité ». » 

« Que la Paix, que la Joie, que la Charité, soient en nos cœurs et sur nos lèvres, maintenant et à toujours… » 

 Robert Ambelain ( « Le Martinisme, Histoire et Doctrine », Introduction, extraits.) 

nappe2013.png

L'Esprit de Dieu est un flambeau qui pénètre le plus profond des coeurs

« Vous voyez que l’homme étant ainsi passé de l’état vertueux et actif, où il combattait contre lui-même et contre les tentations, en cet état divin où il n’a plus aucune résistance dans son propre fonds, il devient unique ; c’est-à-dire qu’étant auparavant composé de deux natures, dont l’une était charnelle et animale et l’autre spirituelle, alors tout se réunit à l’esprit ; et la chair même, purifiée, entre dans les inclinations de l’esprit divinisé. L’homme, n’ayant plus rien à vaincre en lui, se repose dans un amour simple, unique et tranquille du Bien-aimé. (…) L’esprit uni à Dieu commande sans peine à la chair ; et ce qui était d’abord un état naturel à l’homme innocent, dans le paradis terrestre, n’est qu’une grâce journalière dans l’homme réparé. »

 « De même saint Clément affirme que « L'Esprit de Dieu est un flambeau qui pénètre le plus profond des coeurs. Plus un homme accomplissant la justice devient gnostique, plus l'Esprit illuminant lui est communiqué » : c’est-à-dire que plus un homme est dans le pur amour et dans la mort à lui-même, au milieu d’une simple et obscure foi, plus Dieu se communique à lui. »

 «  Voilà l’homme de saint Jean à qui l’onction enseigne tout et qui n’a besoin que personne l’instruise dans aucune chose ; voilà ces hommes que saint Denys nomme [déiformes] ; voilà ces âmes sublimes que Dieu a tellement élevées, dit saint Augustin, qu’étant enseignées de Dieu, elles ne peuvent plus l’être par aucun des hommes. »

 « Quand saint Clément dit donc que le gnostique a passé au-delà de toute purification, et qu’il n’y en reste plus aucune à faire en lui, il signifie clairement par là que le gnostique est dans la pureté de la Création et qu’étant sans tache, il peux aller au Ciel sans passer par le purgatoire. Il est évident qu’il n’y a plus de purgatoire pour celui dans lequel il ne reste plus ni souillure à effacer, ni purification à faire. C’est pourquoi tant de saints ont crus que certaines âmes, rigoureusement éprouvés par les peines extérieures, souffrent un purgatoire d’amour en cette vie, en sorte qu’elles n’en souffrent point d’autre après la mort. Sainte Catherine de Gênes et sainte Thérèse ont fait une vive expérience de ce feu intérieur qui consume les âmes, comme celui du purgatoire après cette vie. (…) Il faut que ce feu vengeur travaille seul, et par lui-même, à dissoudre l’âme et à la renouveler, par une espèce de force universelle. Ce n’est qu’en la détruisant qu’il la purifie, et qu’elle passe par le creuset pour y consommer jusqu’au moindre reste de l’amour-propre. Il faut qu’elle coule comme le métal fondu et qu’elle perdre toute consistance en elle-même pour recevoir, dans les divers moules, toutes les formes qu’il plaira à Dieu. C’est par cette destruction de tout ce qui résiste et qui a encore quelque consistance propre, que l’âme, renouvelé dans le pur amour, ne tient plus à soi et se rapporte uniquement à Dieu, selon la fin de sa Création. Il faut que cette purification foncière, qui ne s’opère que par la souffrance paisible, se fasse en ce monde, ou en l’autre. Les âmes lâches et imparfaites meurent sans avoir laissé faire à Dieu cette opération douloureuse. Un petit nombre d’âmes généreuses se livrent, dès cette vie, aux tourments inexplicables du pur amour. »

 « Le gnostique contemple sans cesse, en tout temps et en tout lieu, sans images, ni diversité de pensées, et par conséquent sans actes ni discours. Il est toujours dans la même disposition à l’égard des mêmes choses, excluant même tous les objets incorporels qui ne sont pas Dieu, et Dieu, en tant qu’incompréhensible. Il est consommé dans l’union inamissible et inaltérable ; ayant passé au-delà de toute œuvres aussi bien que de toute purification, il n’a plus qu’à se reposer avec Dieu, qu’il voit face à face par la contemplation. Il n’a plus besoin de vertu, car il n’a plus aucun mal à combattre, qu’il est dans l’apathie et l’imperturbabilité, que sa contemplation est devenue une substance vive et permanente, et qu’il a, ou pour mieux dire, qu’il est l’être même de la bonté. Il ne lui reste plus aucun désir à former, ni pour les biens temporels, ni pour son salut, dont l’espérance ne le touche plus, tant son amour est désintéressé ; ni pour son âme car il n’agit point pour être sauvé. Il est suffisant à lui-même. Enfin, il ne désire rien, même pour sa persévérance ; car lorsqu’on est entré dans le divin de l’amour, l’amour parfait n’est plus un désir, mais une union ou unité fixe et tranquille. »

 

 François de Fénelon ( « La Tradition secrète des mystiques ou le Gnostique de saint Clément d’Alexandrie », extraits.)

fenelonn.jpg