Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/08/2014

Louis-Claude de Saint-Martin, Prière II

 

10006913_380768878728887_4806334522396827796_n.jpg

 

"J'irais vers toi, Dieu de mon être; j'irai vers toi, tout souillé que je suis; je me présenterai devant toi avec confiance. Je m'y présenterai au nom de ton éternelle existence, au nom de ma vie, au nom de ta sainte alliance avec l'homme; et cette triple offrande sera pour toi un holocauste d'agréable odeur sur lequel ton esprit fera descendre son feu divin pour le consumer et retourner ensuite vers ta demeure sainte, chargé et tout rempli des désirs d'une âme indigente qui ne soupire qu'après toi. Seigneur, Seigneur, quand entendrai-je prononcer au fond de mon âme, cette parole consolante et vive avec laquelle tu appelle l'homme par son nom, pour lui annoncer qu'il est inscrit dans la milice sainte et que tu veux bien l'admettre au rang de tes serviteurs? Par la puissance de cette parole sainte, je me trouverai bientôt environné des mémorials éternels de ta force et de ton amour, avec lesquels je marcherai hardiment contre tes ennemis, et ils pâliront devant les redoutables tonnerres qui sortiront de ta parole victorieuse. Hélas, Seigneur, est-ce a l'homme de misère et de ténèbre a former de pareils voeux et a concevoir de si superbes espérances ! Au lieu de pouvoir frapper l'ennemi, ne faut-il pas qu'il songe lui-même a en éviter les coups? Au lieu de paraître, comme autrefois, couvert d'armes glorieuses, n'est-il pas réduit comme un objet d'opprobre, a verser des pleurs de honte et d'ignominie dans les profondeurs de sa retraite, n'osant pas même se montrer au jour? Au lieu de ces chants de triomphe qui autrefois devaient le suivre et accompagner ses conquêtes, n'est-il pas condamné a ne se faire entendre que par des soupirs et par des sanglots? Au moins, Seigneur, fais-moi une grâce, c'est que toutes les fois que tu sonderas mon coeur et mes reins, tu ne les trouves jamais vides de tes louanges et de ton amour; je sens, et je voudrais ne jamais cesser de sentir, que ce n'est point assez du temps entier pour te louer; et que, pour que cette oeuvre sainte soit accomplie d'une manière qui soit digne de toi, il faut que tout mon être soit saisi et mu par ton éternité; permets donc, o Dieu de toute vie et de tout amour, permets a mon âme de chercher a fortifier sa faiblesse dans ta puissance; permets-lui de former avec toi une ligue sainte qui me rende invisible aux yeux de mes ennemis, et qui me lie tellement a toi par les voeux de mon coeur et du tien, que tu me trouve toujours aussi ardent et aussi empressé pour ton service et pour ta gloire, que tu l'es pour ma délivrance et pour mon bonheur" 
L-C de Saint-Martin ( Prières, II).

Les commentaires sont fermés.